Quelle marque gagnera le trône ?

L’hiver est là et la guerre fait rage entre les marques pour savoir qui exploitera le meilleur filon d’un univers des plus connus de la pop culture : Game of Thrones.

Dans cet article, nous vous proposons non pas de choisir votre personnage préféré, mais plutôt de choisir la marque qui aura le mieux surfée sur la déferlante Game of Thrones pour la sortie de la dernière saison.

Que vous la regardiez ou non, on ne peut négliger le succès international de cette série et vous apprécierez certainement l’audace de ces publicités. Car les marques l’ont bien compris : utiliser cette série en publicité, c’est toucher l’ensemble de sa communauté, et même au-delà… donc vraiment beaucoup de monde !

 

 

Voici notre sélection :

Oréo

KFC

La Croix Rouge

 

Monoprix

 

Bud Light

Adidas

 

Diageo

 

La MLB – Ligue Majeure de Baseball

 

 

Les burgers de Papa

 

Johnnie Walker

 

 

 

 

Alors, laquelle préférez-vous ? Si vous n’arrivez pas encore à choisir, prenez le temps de regarder ces petits bonus qui ne datent pas de cette année mais qui auraient largement leur place dans le classement.

 

Sodastream

 

Greenpeace

Les poissons d’avril 2019

Comme chaque année, le 1er avril est l’occasion pour les marques de faire preuve de créativité en réalisant des canulars façon April Fools.

A l’heure où les réseaux sociaux font partie de notre quotidien et où l’information circule de plus en plus vite, il est possible pour les marques de diffuser de faux spots publicitaires et des publications à but humoristique tout en les désamorçant rapidement.

Ainsi, nous allons nous pencher tout au long de la journée sur les poissons d’avril de l’année 2019, suivez le guide !

 

 Spotify

Spotify nous ramène au cœur des années 90-2000 avec ses hits de la semaine, c’est le moment d’en profiter si vous désirez surfer sur une vague de nostalgie ! Au programme, Larusso, Faudel et bien d’autres…

 

Google Maps

Si vous possédez l’application Google Maps, pensez à y faire un tour. Vous pourrez découvrir une version du jeu Snake à la sauce Google.

Pour ceux qui ne possèdent pas l’application, Google a également pensé à vous et vous propose de tester le jeu à l’adresse :

https://snake.googlemaps.com/

 

McDonald

La chaîne de fastfood sort son nouveau burger pour les amoureux (mais vraiment amoureux) des cornichons.

 

Qwant

Connaissez-vous le moteur de recherche français Qwant ? La particularité de ce moteur de recherche est de vous proposer un outil sans tracking, qui ne récolte pas vos données personnelles.

Ainsi, le poisson d’avril de Qwant est la création d’un service, sous la forme d’un site internet, permettant d’obtenir des informations personnelles sur vos proches. Nous vous invitions à tenter l’expérience sur Curioosss.

https://www.curioosss.com/

 

Stack Overflow

Stack Overflow vous offre l’opportunité de redécouvrir les joies des sites internet façon 90 avec des couleurs vives, des gif licornes et évidemment, la police Comic Sans MS. Un plaisir à parcourir !

https://stackoverflow.com

 

Jacquie et Michel

Et si nous vous annoncions que l’abonnement premium de votre site pornographique préféré était remboursé par la sécurité sociale ? C’est en tout cas, l’annonce faite par le site Jacquie et Michel sur Twitter en ce jour.

 

Abondance

Quand Olivier Andrieu annonce la fin de la prise en compte des backlinks et du netlinking par Google, c’est toute la sphère SEO qui tremble !

Olivier Andrieu et backlinks

 

RATP

Comme chaque année, la RATP est là pour nous en mettre plein la vie lors du premier Avril. Cette année, la RATP vous propose de prendre l’avion dans votre rame de métro préférée.

 

SNCF

Le célèbre groupe ferroviaire français se prête également au jeu en ajoutant à ses départs un train assez spécial…

 

 

Eve Sleep

Ont-ils créé l’oreiller de jouvence ?

 

Le Blog Du Modérateur

Le BDM offre son conseil UX design : associer le Comic Sans MS au Papyrus !

Jetez-y un coup d’oeil ça vaut le coup

 

Google Files

Et si tout pouvait être nettoyé sur votre smartphone ? Je dis bien TOUT.

 

Google Tulip

Encore mieux ! Et si nous pouvions décoder la langue des fleurs ? Google s’est amusé à publier une vidéo d’introduction très réaliste et surtout très amusante.

 

 

 

Millenials – Une génération polymorphe

Millenials – Une génération polymorphe

La tranche de naissance des millenials est comprise entre 1980 et 2000, ce sont les plus âgés de la génération Y et les plus jeunes de la génération Z.

Les points qui les définissent :

  • Ils sont hyper-connectés et auto-exposés
  • Ce sont des « boulimiques de contenus », touchés par « l’infobésité »
  • Ils sont drivés par des expériences ludiques
  • Ils sont technophiles (la technophilie est un fort enthousiasme pour la technologie, pouvant aller jusqu’à l’exaltation, en particulier pour les technologies les plus récentes)
  • Et éthiques (partie de la philosophie qui envisage les fondements de la morale
  • Ensemble des principes moraux qui sont à la base de la conduite de quelqu’un)
  • Ils sont irrévérencieux et iconoclastes (ennemis de toute tradition, qui cherchent à faire disparaître tout ce qui est passé)
  • Ils ne supportent pas l’ignorance et l’indifférence
  • Ils sont sélectifs
  • Ils produisent des contenus autant qu’ils en consomment

Ainsi, nous allons nous concentrer sur 3 exemples de communication qui ont su faire réagir la communauté des millenials.

 

Le cas Pepsi

Le groupe PepsiCo a su faire parler de sa marque Pepsi ces dernières semaines, avec son nouveau spot TV qu’ils auraient aimé voir passer inaperçu. Bien loin des retombées positives envisagées, cette dernière campagne n’a fait que susciter critiques et moqueries.

Dans ce spot TV, PepsiCo met en scène Kendall Jenner, de la famille des Kardashian. On la retrouve lors d’une séance photo dans les rues américaines. Non loin d’elle, la foule, qui se précipite, laisse découvrir une manifestation. Plusieurs panneaux sont brandis par le public accompagnés de messages évocateurs tels que « Join the conversation », « love » ou encore de nombreux dessins « peace and love ».

C’est alors que la mannequin laisse tomber sa perruque, troque sa robe à paillettes contre un jean et rejoint les manifestants. Les policiers sont présents pour encadrer les éventuelles dérives. Pour apaiser les tensions entre les deux parties, Kendall décide alors d’apporter un Pepsi à l’un des policiers, qui l’accepte avec sympathie, brisant ainsi le malaise. Et Ô joie, les inconnus dans la rue se prennent dans les bras, les gens chantent, dansent. Et tout ça, grâce à une canette. Merci Pepsi !

Ce mouvement contestataire n’est pas sans rappeler les Black Lives Matter, particulièrement actifs en 2016 aux Etats-Unis. Ces militants afro-américains se mobilisent contre la violence et le racisme envers les noirs et contre les meurtres de personnes noires par des policiers. Il s’agit d’un problème qui n’est pas à prendre à la légère et qui engendre de vives tensions entre les manifestants et les policiers. Et on ne peut pas dire que le second degré de la vidéo sur un tel sujet ait été au goût de tout le monde.

Alors évidemment, si cette lutte raciale pouvait être résolue grâce à une canette de Pepsi, cela ferait bien longtemps que les stocks de boissons auraient été écoulés. Malheureusement pour la marque, il s’agit d’un flop. Et les internautes n’y vont pas de main morte pour affirmer leur mécontentement et hurlent au scandale.

Pour autant, PepsiCo a tenté de se défendre en publiant un communiqué de presse : « C’est une publicité mondiale qui veut montrer comment des gens aux parcours bien différents peuvent se rassembler dans l’harmonie. Et nous pensons que c’est un message important à faire passer. » On ne peut pas dire que le-dit message ai été entendu de la même oreille ! La société a alors décidé de retirer sa campagne publicitaire.

http://jai-un-pote-dans-la.com/pepsi-declenche-un-scandale-aux-etats-unis/

 

Le cas Youtube Rewind

La vidéo « YouTube Rewind 2018 », un retour en images sur les tendances de l’année qui ont rythmé la plateforme, est désormais la plus détestée de YouTube, devançant ainsi le clip « Baby » de Justin Bieber en nombre de dislikes.

C’est le rendez-vous annuel de YouTube. Chaque année depuis 2010, cette dernière diffuse une compilation des phénomènes culturels ayant marqué les douze derniers mois de la plateforme, sous forme romancée : le « Rewind ».

L’édition 2018, partagée le 6 décembre, est une cascade dense et peu esthétique de références (Fortnite, mukbang, k-pop, floss, Kiki challenge), de célébrités (Will Smith, de présentateurs de talk-show américains) et bien sûr, de youtubeurs.

Mais si la vidéo se voulait une célébration, les réactions de la communauté virtuelle ont rapidement gâché la fête : une semaine après sa mise en ligne, « YouTube Rewind 2018 » cumule plus de 11 millions de dislikes (contre 2,2 millions de likes). Un mois plus tard, elle atteint 15 millions de dislikes.

Elle détrône ainsi Justin Bieber, dont le clip de « Baby » était jusqu’ici la vidéo mise en ligne la plus détestée. Cette passation inattendue aurait été accélérée par la détermination de certains internautes qui, déçus de la production YouTube et désireux de la voir plonger, auraient retiré leurs « dislikes » de la vidéo du chanteur canadien (qui en compte aujourd’hui 9,9 millions).

Un acharnement expliqué également par le fait que cette initiative apparemment innocente est en réalité un spot de promotion pour attirer les annonceurs.

Rewind vs Bieber

Un record particulièrement ironique, puisque la vidéo la plus haïe de la plateforme provient de la plateforme elle-même, et qu’elle est en ligne depuis moins d’une semaine, quand celle de Justin Bieber l’est depuis bientôt neuf ans. Malgré cette mauvaise surprise, YouTube a soutenu son projet dans un communiqué :

« Chaque année, lorsque nous sortons « Rewind », notre but premier est de faire interagir la communauté. Cela inclut aimer ou ne pas aimer la vidéo. Avec des millions de commentaires, des millions de likes et de dislikes et plus de 100 millions de vues, nous sommes satisfaits du résultat ».

La cause de cette déferlante de dislikes ? L’ambivalence de YouTube.

D’abord destinée à remercier la communauté et promouvoir les créatifs de la plateforme, « Rewind » a progressivement muté en une publicité destinée à présenter YouTube aux annonceurs.

Autrefois simpliste, la production de la vidéo, signée Portal A, se rapproche aujourd’hui de celle d’un blockbuster : les personnalités impliquées (d’ailleurs écartées du processus de création) soulignent des heures de tournage, pour quelques secondes à l’écran.

Afin de se présenter sous son meilleur jour aux annonceurs qui placent leurs publicités sur ses vidéos, le site n’a pas hésité à lisser son contenu.

Ainsi, si « Rewind » aborde des causes importantes (les femmes, la diversité, la santé mentale) elle écarte soigneusement certains événements qui ont pourtant fait cliquer (cf : un combat de boxe entre deux youtubeurs). On remarque également l’absence de vidéastes controversés, à l’image de PewDiePie, qui recensent pourtant le plus grand nombre d’abonnés, ou de Logan Paul, qui a fait scandale en filmant un cadavre dans la « forêt des suicides » au Japon.

Si dans les commentaires, les internautes ont accusé la plateforme d’ignorer son audience, cette dernière a assuré sur Twitter avoir entendu leur message.

https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/14/youtube-rewind-2018-video-la-plus-detestee-de-la-plateforme_a_23618026/

Quand les millenials n’aiment pas, ils se manifestent et réagissent, il est important de prendre cela en compte.

 

Le cas de l’œuf d’Instagram

Publié le 4 janvier par un auteur inconnu, une photo d’œuf a battu le record de l’image la plus « likée » d’Instagram, jusqu’ici détenu par la star de téléréalité Kylie Jenner.

Résultat de recherche d'images pour "oeuf instagram"

C’est une photo d’œuf, ni plus, ni moins. Publiée le 4 janvier sur Instagram, via le compte « world_record_egg » (« l’œuf du record du monde »), elle a recueilli en une dizaine de jours plus de 25 millions de mentions « j’aime ». Cela en fait l’image la plus « likée » de l’histoire du réseau social.

Jusqu’ici, ce record était détenu par une image publiée par Kylie Jenner, star de téléréalité et entrepreneuse américaine, très populaire auprès des jeunes. Pour une personne ne fréquentant pas Instagram, ou ayant plus de 25 ans, l’affaire peut paraître absurde. Elle symbolise en fait beaucoup des mécanismes qui font actuellement la popularité du réseau social de photos et de vidéos.

Cette photo d’œuf n’a pas battu le record de Kylie Jenner par hasard. Au contraire, elle a justement été publiée dans ce but, son ou ses auteurs invitant les internautes à les aider à dépasser le nombre de « likes » sur la photo de Kylie Jenner. Durant une dizaine de jours, le contenu a été partagé par de nombreux autres comptes populaires sur la plateforme. On ignore qui se retrouve derrière cette initiative, ou son but final. Le compte pourrait appartenir à une personne ou plusieurs ; l’une d’entre elles s’est présentée sous le nom d’ « Henrietta » au site Buzzfeed, assurant être une poule originaire de Grande-Bretagne. Il pourrait aussi bien s’agir d’une entreprise que d’adolescents qui s’ennuyaient.

Le succès soudain d’une photo d’œuf sur Instagram a une autre raison : les internautes adorent les défis. Plus ils sont absurdes, plus ils sont appréciés. Certains sont fondés sur la participation: on pensera à l’Ice Bucket Challenge ou, plus modernes, les très nombreux challenges que se lancent constamment les jeunes utilisateurs de TikTok, dansant sur la même chanson ou imitant les mêmes gestes pour faire rire les autres.

Dans tous les cas, c’est absurde, viral, et cela sera sans doute oublié dans un mois.

 

La semaine prochaine, nous nous retrouverons pour découvrir la Fandom, ces univers où les millenials peuvent s’identifier grâce à des memes et des personnages de la culture populaire.

Le mot du Président #2 : Parce que « ce n’est pas qu’une histoire de « bonnes femmes »… » #7novembre16h34

bruno-pourcines

Aujourd’hui, il m’a semblé important d’apporter mon soutien à la mobilisation 2.0 (#7novembre16h34) afin de protester contre les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Le groupe Pix compte aujourd’hui 17 salariés dont 50% sont des femmes.

Cette initiative s’inspire de la mobilisation féminine organisée le 24 octobre dernier en Islande. Des milliers de femmes avaient manifesté, vêtues de noir, pour protester contre les inégalités salariales.

Comme l’indique de nombreux articles dans la presse, il s’agit d’un enjeu sociétal qui concerne autant les hommes que les femmes.

Si l’on se fie aux chiffres de la Commission européenne – en mars dernier – la différence de salaire femmes-hommes, était de 15,1 % de moins que leurs collègues masculins. Une étude de l’Insee, elle, estimait cet écart à 19% en moyenne, soit 455 euros de salaire en moins. Cet état de fait n’est plus acceptable de nos jours. Il est donc primordial de partager et de relayer cette mobilisation 2.0 et de faire bouger les choses.

Hashtag : #Pix #parité #7novembre16h34

Quelques articles sur le sujet :

http://bit.ly/2evSyYQ

http://bit.ly/2fDsAaT

http://bit.ly/2evYHUF

#CreativityRocks, une conférence sur la démarche créative

Vendredi 14 octobre, s’est déroulée la conférence collaborative #CreativityRocks à Monaco, axée sur le thème de la créativité, organisée par Pix Associates. Pour animer et rythmer la conférence, le rôle du chef d’orchestre a été attribué à Gregory Casper, Creative Director de Merlin Agency.

Les intervenants ayant participé à l’évènement ont chacun exposé leur définition de la créativité. C’est à partir de cas concrets liés à leur expertise professionnelle que Christian Marques (Push Interactive), Benoît Lamy (Scoop.it), Pierre-Laurent Salin de l’Etoile (Module D) et Etienne Mineur (Editions Volumiques) ont illustré leurs propos. Pour découvrir les profils des intervenants, référez-vous à notre article Conférence collaborative Creativity Rocks.

Afin de vous faire revivre l’évènement, nous vous proposons un récapitulatif des points principaux abordés lors de la conférence.

programme-creativity-rocks

Que signifie être créatif ?

Selon Gregogy Casper : « être créatif, c’est imaginer autre chose que la seule utilité première des choses ». La richesse de la créativité naît du pouvoir et de la liberté de l’imagination qui présente une part de magie et de mystère. Cet ensemble d’éléments suscite ainsi une certaine fascination au regard de la créativité, qui se veut incommensurable. Les idées créatives peuvent apparaître sous forme d’accidents, il s’agit du principe même de sérendipité.

« La créativité, c’est aussi résoudre un problème. S’il n’y a pas de problème, il n’y a pas de créativité » comme le souligne Gregory Casper. La créativité surgit donc d’une résolution à un problème. Reprenons l’exemple énoncé lors de la conférence : « avez-vous déjà été enfermés dans des toilettes qui n’étaient pas les vôtres ? ». Dans ce cas de figure, notre esprit créatif peut se manifester pour tenter de nous sortir de la situation : « ne pourrais-je pas utiliser la bande dessinée à ma disposition pour ouvrir le loquet de la porte ? ».

Une définition de la créativité

La notion de créativité répand la popularité et évolue dans le sens d’une massification. En d’autres termes, la créativité est accessible à tous. « Les créatifs ne sont pas des artistes, mais tous les artistes sont des créatifs ». Pour faire émerger la créativité, il faut la provoquer.

La créativité selon Christian Marques

La société Push Interactive jongle entre univers créatif et univers technique. Son co-fondateur, Christian Marques dirige un collectif de personnes multidisciplinaires qui œuvre à la post-production d’effets visuels, d’animation 3D et de réalité virtuelle.

La conception de la créativité de cet ingénieur se superpose à celle du philosophe et poète allemand Friedrich Nietzsche : « il faut avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse » [« Ainsi parlait Zarathoustra » (Prologue, paragraphe 5, 1883-1885)]. Ainsi, l’acte de création d’un objet nécessite d’organiser le chaos autour de soi, autrement dit de résoudre un problème.

La source d’inspiration de Christian Marques réside à la fois dans les émotions et l’imagination. Pour ce grand rêveur, il existe un lien étroit entre la fiction et la créativité ; tandis qu’une distance subsiste entre créativité et technologie. Même si la nature et les formes de l’univers constituent pour lui une grande source d’inspiration, paradoxalement celles-ci s’imposent comme une limite à la créativité.

La créativité selon Benoît Lamy

D’après le responsable business de Scoop.it, Benoît Lamy : « la créativité, c’est avant tout de l’innovation. Il s’agit d’une forme de créativité personnelle. L’innovation est une démarche forte d’expertise, un système qui va amener de l’optimisation, de la valeur ». Ce qu’il faut retenir du processus de créativité, c’est l’aventure. En effet, l’innovation passe par un parcours complexe d’un point A vers un point B.

Pour Benoît Lamy, l’innovation doit être entourée d’une stratégie de distribution et posséder une composante interne et une composante externe. On parle alors de stratégie Go-to-Market. Pour promouvoir un produit, ce professionnel préconise le storytelling – le fait de raconter une histoire –pour expliquer aux clients comment le produit va être développé dans le but de les rassurer et de générer des envies nouvelles. Il s’agit là d’une démarche forte de la création de contenus qui s’applique bien au BtoB. « La réalité augmentée et la réalité virtuelle sont une belle preuve de nouveaux contenus », d’après Benoît Lamy.

Une table ronde autour du nouveau produit créatif

La contrainte, un moteur à la créativité

La créativité ne se réduit pas à la matérialité d’après Pierre-Laurent Salin de l’Etoile. Le processus créateur part d’abord d’une problématique, puis une étape d’idéation s’ensuit. C’est le brief qui donne l’impulsion à la créativité et la volonté de résoudre un problème. Pour être créatif, il faut être stimulé car « c’est par la contrainte que la créativité vient ».

Le directeur des Editions Volumiques, Etienne Mineur rejoint aussi cette idée. Qui dit créativité, dit innovation. Pour être créatif, il faut donc se jouer des contraintes car ce sont elles qui vont favoriser l’innovation. Toujours d’après ce professionnel : « l’innovation c’est la socialisation d’une invention ».

Cela signifie qu’une invention est créatrice de lien social. C’est de cette socialisation que l’innovation naît. En effet, parler d’une idée créative permet de l’enrichir. La créativité peut alors être définie comme une action collective, un esprit de réflexion collaboratif que Pierre-Laurent Salin de l’Etoile cherche à rendre accessible à tous.

L’innovation part de l’invention : de la roue, est né le vélo.

De l’idée à la réalisation, un processus de créativité

La créativité est autant importante que la production. D’après Etienne Mineur : « les idées viennent en dessinant sur le papier, puis quand on essaie de les rationnaliser, celles-ci passent à l’écran ».

Pour stimuler de nouvelles idées, il faut manipuler les objets et créer des prototypes. Afin de savoir si l’objet convient à la cible, celui-ci est testé. Ensuite, s’il lui convient, le projet est mené à terme. Un travail de création est donc réalisé en amont d’un travail d’adaptation du produit.

Selon Pierre-Laurent Salin de l’Etoile, la créativité nouvelle se caractérise par le prototypage, c’est-à-dire la connexion entre l’objet et le logiciel. C’est l’objet connecté qui offre une expérience utilisateur augmentée.

Pour basculer d’une idée à sa réalisation, Christian Marques explique que cette étape s’opère de façon dynamique et naturelle. Néanmoins, celle-ci nécessite d’une méthode de travail, notamment un meeting entre les équipes pour engager la discussion et permettre à tous d’apporter des solutions.

La créativité en résumé

Pour éveiller la créativité, il faut recréer une limite, une contrainte. D’après Gregory Casper, le grand ennemi de la créativité n’est autre que le temps. Plus on a de temps à notre disposition, moins on pense à la première idée de départ. Pour être bien exploitée, la créativité a besoin de temps. Cependant, elle peut être provoquée par plusieurs éléments : le mimétisme, la sérendipité, la curiosité commune ou encore l’échange, etc.

Pour revivre la conférence en images, vous pouvez consulter notre article Creativity Rocks.

Galerie photos Creativity Rocks

« Albert Einstein disait « nous sommes tous nés créatifs », « la créativité c’est l’intelligence qui s’amuse ».
Alors pourquoi est-il si difficile de se connecter à ses ressources internes de créativité ? « Tous les enfants sont des artistes. Le problème c’est de rester artiste une fois adulte », répondrait Picasso…
Se reconnecter à son potentiel créatif, apprendre à le nourrir et à le développer afin d’en exprimer le meilleur potentiel est tout à fait possible. La 1ère édition de la conférence #CreativityRocks a été pensée pour vous accompagner en ce sens. En échangeant sur des thématiques liées à l’innovation et les tendances actuelles, vous découvrirez comment vous pouvez faire de la créativité un état d’esprit quotidien, et combien l’innovation et l’échange peuvent être des déclencheurs d’idées nouvelles.
La créativité est une source majeure de sens dans notre vie et dans notre démarche au sein de l’agence Pix associates. »

Conférence collaborative Creativity Rocks

Conférence collaborative #CreativityRocks

L’événement

Pix Associates organise pour vous une rencontre privilégiée #CreativityRocks le 14 octobre prochain à Monaco.

L’idée

Réalité augmentée, vidéo immersive, curation, co-design, interfaces tactiles, médias 3.0. et moteur de recherche nouvelle génération… Des tendances et des sources vitales d’inspiration qui influenceront de plus en plus fortement votre quotidien.

Les intervenants

Christian Marques

Aujourd’hui Co-Founder / Lead Software Engineer chez Push Interactive, Christian est également ingénieur, musicien amateur, aspirant poète et selon ses propres mots, un rêveur. Actuellement, il est concentré sur le développement web full-stack, les graphiques WebGL, les infographies et des solutions de réalité virtuelle.

Véritable touche à tout, Christian a travaillé pour des sociétés multinationales, créé un groupe indie-folk, a été bénévole pour une ONG et a voyagé par voie terrestre entre la Grèce et le Népal, il a aussi écrit un livre de poésie et co-fondé une start-up technologique.

Benoit Lamy

Aujourd’hui Responsable Business Development Europe de Scoop.it, Benoit Lamy est un ancien consultant et entrepreneur qui a travaillé et vécu en Chine, en Afrique du Sud et à Dubaï. Scoop.it dont il s’occupe depuis 2 ans, est un outil en ligne pratique pour mettre en place et partager une veille d’informations réactive aux mots-clés de son choix.

Connecté à différentes sources d’informations comme Google (blogs, actualités) et Twitter, il permet de partager sur un journal personnel les meilleurs pages web sur des thématiques ciblées et évite ainsi la fragmentation de sa veille d’informations. Un outil de communication également utile en complément d’autres supports d’expression (blogs, sites web) pour faire valoir son expertise dans un domaine particulier.

Pierre-Laurent Salin de l’Etoile

Aujourd’hui Président et Co-Fondateur de Module D, Pierre-Laurent a été étudiant en Design Industriel à l’Université de Montréal. En 2011, il co-fonde Tradmatik – Design & Réalisation, un bureau de design industriel inédit équipé d’un atelier de fabrication semi-industriel qui s’adresse aux professionnels de l’événementiel avec un service de développement et de production de projet sur-mesure en série limitée.

En 2013, à la suite d’une subvention ministérielle qu’il gagne grâce à appel à projet national il lance la première plate-forme azuréenne d’accompagnement à la création numérique (FabAzur et Module D) dont l’objectif est de rendre le prototypage accessible à tous. Passionné par le design, l’artisanat, les nouveaux modèles économiques et l’innovation, Pierre-Laurent accompagne les entreprises dans le développement de leurs projets créatifs.

Etienne Mineur

CEO et Directeur de la Création des Editions Volumiques, Etienne a été directeur artistique dans plusieurs agences de design, il a travaillé avec le Musée du Louvre, le Musée d’Orsay, le Centre Pompidou, ou encore la BNF. Il a donné des cours et des conférences dans plusieurs établissements d’enseignement supérieur aux USA, en Chine et au Japon.

Il est également co-fondateur de Incandescence, une autre maison d’édition spécialisée dans les thèmes liés aux nouvelles technologies et l’art expérimental. Il est membre de l’AGI depuis Octobre 2000 (Alliance Graphique Internationale). Enfin, il est professeur à l’ENSAD de Paris, et à la H.E.A.D (Haute Ecole d’Art et de Design) à Genève.

Pour suivre et commenter l’événement en direct #CreativityRocks, connectez-vous sur Twitter !

Pix Associates vous invite à découvrir la seconde édition de l’événement #CreativityRocks2017 axée autour du thème « Happiness by design », qui aura lieu le 15 septembre prochain à Nice. L’inscription est gratuite pour les membres VIP, coûte 5€ pour les étudiants et s’élève à 15€ pour tout public. Réservez votre place sans plus attendre !